Lifestyle

Je suis paresseuse ! Est-ce grave Docteur ?

Depuis que je suis toute petite, je cherche toujours le moyen de faire les choses en en faisant le moins possible… C’était assez perturbant. Et il n’a pas été simple de m’avouer et d’avouer aux autres que j’étais en réalité paresseuse !!!

La paresse, c’est quand même souvent mal vu ! Et c’est plus considéré comme un défaut que comme une qualité. Comment dans ce cas assumer d’être paresseuse ?

Je me suis analysée (oui c’est possible Hot smile!) et je me suis dit qu’il existait en fait deux types de paresseux :

  • le vrai flemmard, le fainéant, celui qui ne veut absolument rien faire (là c’est vrai que c’est difficile à vendre comme trait de caractère Winking smile !)
  • et l’autre : le paresseux efficace, celui qui répugne simplement à l’effort mais qui accomplit quand même ses tâches mais le plus vite possible pour s’en débarrasser !

Moi, je me range dans la deuxième catégorie Smile! Je suis partisane de la loi du moindre effort! C’est la loi qui dit que lorsque quelque chose peut être fait de différentes manières, la meilleure option correspond toujours à celle impliquant la plus faible dépense d’énergie !!! C’est exactement ça, c’est tout moi !  Et cela demande souvent pas mal de réflexion !

Non ce n’est pas grave, car la paresseuse est réfléchie !

En effet, il faut d’abord réfléchir en amont pour trouver le moyen de faire le plus efficacement et surtout le plus vite  possible en dépensant le moins d’énergie au passage !

Par exemple, même lorsqu’il s’agit d’une tâche aussi triviale que de débarrasser la table, mes yeux vont se mettre à scanner ce qu’il reste à emporter et et mon cerveau va automatiquement définir ce qui peut être empilé au maximum et sans danger pour limiter mon nombre de tours à faire. Et tout cela en prenant en compte le facteur risque bien sûr Confused smile. Il ne s’agit pas de reperdre 5 ou 10 min si ma pile, trop ambitieuse, se casse la figure et s’éclate au sol Surprised smile! Il faudrait alors balayer, passer la serpillière… bref dans ce cas là, le ratio temps gagné/risque serait trop important, il faut donc être capable d’ajuster sa paresse aux facteurs environnants.

Donc la paresseuse réfléchit, et elle réfléchit même beaucoup ! Et elle doit parfois se battre contre l’idée que de vrais résultats ne seront atteints que par d’énormes efforts.

être paresseuse n'est pas un défaut

La paresseuse est donc aussi intelligente !

Oui absolument Open-mouthed smile ! Car elle va chercher à optimiser !

Et moi, l’optimisation est ma meilleure amie !!! Moi qui suis vraiment très paresseuse, je cherche souvent à optimiser le maximum de choses dans ma vie. Que ce soit dans les tâches ménagères (on est encore à une moyenne de plus de 3 heures par semaine de tâches domestiques pour les femme, sans surprise ce nombre est fortement diminué pour les hommes Eye rolling smile… ), mais aussi dans mon travail et dans ma vie personnelle.

Non, je ne vais pas pas courir dans tous les sens au risque de m’épuiser Winking smile !!! Je vais souvent anticiper sur mes actions et essayer de trouver le ou les moyens de les faire différemment pour que le résultat soit le plus rapide possible. Ou du moins je vais essayer d’augmenter mon ratio temps passé/efforts/résultats. Il n’est pas rare de me voir prendre les livres à ramener à la bibliothèque quand je pars faire mes courses. Si je peux m’éviter un trajet, quel qu’il soit, moi ça me va Winking smile !

Et oui, la paresseuse se doit d’être efficace !

La paresseuse serait donc aussi rusée ?

Mais oui, il faut forcément l’être pour réussir à faire le moins d’efforts possible ! Pour trouver la façon la plus simple et la moins fatigante de faire! 

Cela veut dire certes utiliser son cerveau, mais aussi utiliser les forces à disposition, c’est à dire les autres personnes. La paresseuse (même si elle est contrôle-freak comme moi) apprend assez vite à déléguer et à faire confiance. Déléguer à ses enfants, à son conjoint, à ses collègues, à ses subordonnées…

Me faire aider par mon mari, mes enfants, ma collaboratrice sont une des manières que j’ai trouvées pour avoir moins d’efforts à faire par moi-même, moins de travail à fournir Winking smile.

Même si, souvent, en réalité, au démarrage de la “collaboration”,  il faut un temps d’adaptation pour former au mieux la personne à qui je délègue. C’est une sorte de temps perdu et de dépense d’énergie sur le moment le temps que la personne devienne efficace. Mais je sais que je vais en gagner beaucoup au final !

C’est comme ça que par exemple mes filles ont appris à choisir leurs vêtements et à s’habiller seules très rapidement, avant même l’âge de 3 ans ! Il faut dire qu’à l’époque nous vivions à l’Île de la Réunion donc nous n’avions pas trop de soucis à nous faire au niveau des températures et du choix des vêtements! Tout était rangé dans des étagères à leur hauteur et j’avais acheté des habits faciles à enfiler sans aide : short en éponge, T-shits marcel, robes à bretelles sans fermeture éclair, chaussures à scratch… Il a fallu bien sûr passer un peu de temps à leur apprendre à les mettre au départ, mais ensuite elles se sont débrouillées seules et en échange j’ai appris à accepter les associations de couleur parfois affligeantes Surprised smileSmile with tongue out !! Mais en attendant, ce n’est pas moi qui perdait du temps à choisir les vêtements ni à les habiller, oh yey Smile !

Tout cela est possible, car la paresseuse est patiente!

Et oui, la paresseuse sait prendre son temps pour analyser la situation.

J’ai découvert que je sais me poser quelques minutes pour réfléchir :

  • soit à ma prochaine tâche pour trouver le moyen de la faire le plus vite possible plutôt que de me jeter à corps perdu dedans et d’y passer beaucoup trop de temps et surtout d’efforts par manque d’anticipation !!!
  • soit essayer de débusquer les tâches répétitives et de façonner un moyen de les faire différemment.

C’est ainsi que j’ai remarqué, alors que ma première fille était petite, que je devais pour chaque repas (donc plusieurs fois par jour!) lui mettre son bavoir. D’abord le retrouver ou aller en chercher un propre, puis le lui nouer derrière le cou. Ça m’a très vite soûlé, soyons clair Sarcastic smile !! J’ai donc rapidement acheté de quoi faire des bavoirs à enfiler en supprimant les liens et en les remplaçant par un élastique et j’ai ensuite collé un crochet auto-collant dans la cuisine. Il lui  a fallu seulement quelques essais  pour qu’elle réussisse à enfiler seule le bavoir. Elle a en même temps compris où l’accrocher à la fin du repas s’il n’était pas trop sale, ou sinon: “ viens ma chérie, quand c’est cracra, c’est ici qu’on le met, dans le panier à linge sale, tu vois !”. Ah l’autonomie des enfants, quel bonheur et quel temps gagné pour les parentsWinking smile !

être paresseuse et efficace


Et tout cela fonctionne, car la paresseuse est confiante!

La paresseuse sait qu’elle peut réussir soit en déléguant soit en en faisant peu car elle a compris que s’agiter n’est pas agir ! Brasser de l’air ne vaut pas résultats, loin de là !!

J’ai confiance en moi et dans les autres à accomplir certaines choses. Je sais que je peux faire ce qu’il y a à faire mais je sais aussi que je peux trouver la juste dose d’efforts à y mettre. il faut savoir définir le “juste nécessaire”. J’ai découvert que le perfectionnisme était mon ennemi ! Croire que “Plus sera Mieux” est souvent mettre un pied dans le terrible engrenage de la grosse perte de temps inutile, ajoutée à de gros efforts, pour un résultat qui ne dépassera souvent pas de beaucoup ce que j’aurai pu avoir en faisant le “juste nécessaire”. Attention, il faut faire quand même la différence entre le “juste nécessaire”et le “strict nécessaire” : ce dernier, c’est plutôt l’apanage du flemmard  Devil !

Finalement, après y avoir bien réfléchi, je vois bien que la paresse n’est pas un défaut, surtout si elle est alliée à l’intelligence et à d’autres qualités !  Il y a même un général allemand, (Kurt von Hammerstein, opposant à Hitler et chef d’état-major de la Reichswehr) qui est connu pour la façon dont il a valorisé la paresse. Hammerstein distinguait quatre types d’officiers : les intelligents, les travailleurs, les sots et les paresseux. «Généralement, ces qualités vont par deux… Celui qui est intelligent et en même temps paresseux se qualifie pour les plus hautes tâches de commandement, car il y apportera la clarté intellectuelle et la force nerveuse de prendre les décisions difficiles” . Si ça vous intéresse de lire sa bio, c’est ici : sa bio sur Amazon. Si même un général le dit 😉 !

Tout cela montre bien qu’être paresseux ne veut pas dire ne rien faire, mais au contraire être capable de bien savoir doser ses efforts pour trouver la meilleure façon d’être le plus efficace possible.

Un défi sur trois mois pour gagner du temps libre !

Bien que je sois paresseuse, je suis déjà en réalité pas mal efficace ! Cependant comme vous l’avez peut-être déjà vu dans l’article sur mon défi, je ne le suis pas encore suffisamment à mon goût!

J’ai donc décidé de me lancer le défi de gagner 3 heures supplémentaires par semaine en optimisant mes façons de faire!!! Pour ça, je dois “juste” Smile with tongue out trouver 30 astuces que je n’utilise pas encore pour gagner plus du temps pour moi!!!

Alors si vous avez des idées à me suggérer que vous utilisez déjà et qui fonctionnent, aidez-moi et écrivez-les dans les commentaires ! Si elles sont top, je les testerai et je vous dirai dans un futur article si oui ou non elles m’ont réellement fait gagner du temps !!


Partager l'article
  •  
  •